• Bien p’is qui croyait prendre :

     

    Il est 21h00 et je m'apprête à sauter dans la douche avant de sauter dans mon lit. Pour sauter mon homme, sais pas encore. Je fais ma dernière tournée, question de mettre mon lave-vaisselle en route et juste avant d'enclencher la tirette, j'entends :

    -         Ouin! Ouin! Mamannnnnn! P'iiiiiiiiiis! Mamannnnnn! P'iiiiiiiiiis!

    Le temps que je ne descende avec un peu d'eau (médicament mondialement reconnu par les mamans pour guérir les gros vilains cauchemars), elle avait arrêté de pleurer et elle était assise dans son lit mais elle répétait :

    -         Mamannnnnn! P'iiiiiiiiiis! Mamannnnnn! P'iiiiiiiiiis!

    Ce qui veut dire en Gaëllien : « Je suis prise, maman sauve-moi! »

    Un p'tit coup d'eau, on redonne la doudou, grenouille, on reborde, on répète : « Bonne nuit! Pas de poux, pas de puce, pas de punaise! » C'est la formule magique de mon papa. Je me suis demandé pendant des années ce qu'était une punaise, mais ça faisait son effet!

     

    Encore 30 ans plus tard, la formule dans sa plus simple expression fonctionne encore. Gaëlle me regarde, croise ses deux petits bras comme je fais souvent pour lui dire que je l'aime. Elle sert fort et me dit : « T'aime! »

    Je suis belle et bien prise, happée, soufflée. J'ai jamais compris pourquoi elle disait que j'étais prise. Mais bon.

                                                     * * *

    Bêtise de la semaine :

    Je retournais à ma voiture empruntant le trottoir, Ce qui est, soit dit en passant, très rare depuis que je suis devenue une banlieusarde de banlieue. Habituellement, on se stationne dans des champs de béton ou d'asphalte et on emprunte tout sauf des trottoirs.

    Je disais donc que je retournais à ma voiture empruntant le trottoir et  je passe devant une maison où une femme ramasse les feuilles en compagnie d'un p'tit garçon. Pour le moment, il roulait sur son tricycle dans l'entrée du garage. Voyant la taille gigantesque du tas de feuille que sa mère venait de faire. Il quitta alors son tricycle et par le fait même l'entrée du garage pour se « garocher » dans le tas de feuilles. Avant même qu'il n'est le temps de l'atteindre, sa maman crie : « Non! Ne fait pas ça! Il pourrait y avoir des branches et tu pourrais te blesser. De toute façon, c'est sale, il y a des bibittes ! Trouve un jeu plus intelligent! »

    Trouve un jeu plus intelligent ? Depuis quand un jeu doit-il être intelligent ? Depuis quand est-il devenu dangereux de se rouler dans les feuilles ? Si j'habitais la rue Ste-Catherine dans l'Est de Montréal, je me dirais : « Faut faire gaffe aux seringues » et il y aurait de quoi s'inquiéter. Mais dans une petite rue tranquille de la banlieue banlieusarde ?

    Je me suis dite : « C'est ça! Retourne dans ta petite entrée de garage asphaltée faire du tricycle et ne te salie surtout pas! »

                                                        * * *

    Suite à cette diapo de la vie, je me suis intimée de prendre le temps de jouer dans les feuilles avec Gaëlle. Chose faite. Après des douzaines de pluies de feuilles, j'ai fini par me coucher par terre sur le dos et elle me sautait dessus. Je l'entendais rire, un rire qui vient du ventre.

    J'ai ri. J'ai ri comme il y avait tellement longtemps que je ne l'avais pas fait. En écoutant, j'ai entendu le rire de ma mère. C'était le mien mêlé à celui de Gaëlle. Cette espèce de rire gras qui tombe comme une balle qui rebondit dans un escalier. Et quand il descend, on se dit : on va entendre le caillou tomber et c'est tout. Mais il repart de plus bel.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :