• Ode au partage!

    Dans un temps ancien pour les gens de ma génération, le summum du romantisme, c'était de partager un lait fouetté avec DEUX pailles. On se regardait, les yeux dans les yeux à fantasmer. Parce que fantasmer, c'était pas mal le plus qu'on pouvait faire.

     

    Partager, que veut dire ce concept aujourd'hui pour un couple moderne ? Mettre ses sous-vêtements dans le même tiroir ? Partager les tâches : Je fais le repas et tu passes l'aspirateur ? Partager la facture : Je paie le téléphone et toi l'électricité ? Partager le confort : Entremêles sur une causeuse deux mètres2  ?

     

    À nos débuts, M51 et moi avions une seule commode, un seul placard pour mettre nos fringues, une seule pharmacie pour mettre nos p'tits pots, une seule causeuse. Mes petites culottes blanches côtoyaient ses caleçons colorés, ses pantalons au pli bien fait côtoyaient mes chemisiers de lin froissés, mes petits pots de crème côtoyaient ses liquides de verre de contact.

     

    Mais nous sommes arrivés ici. On y trouve deux placards, deux pharmacies et nous avons acheté deux causeuses. Du coup, on ne s'engueule plus pour les souliers lancés négligemment dans le fond du placard, plus de grognements parce que mes p'tits pots envahissent ses fioles et nous regardons maintenant des films chacun sur notre canapé, question de confort.

     

    Du coup, pourquoi allions-nous nous  affronter ? Tranquillement, c'est le tapis de bain qui a pris le relaie. Puis ce fût le dentifrice que je ne rebouchais pas, la lessive qu'il ne fait pas comme je voudrais, puis le triage des déchets verts que je ne fais pas comme il le voudrait et la vaisselle qu'il ne fait jamais assez vite...

    Finalement, j'aimais mieux lorsqu'on partageait le placard, le tiroir, la pharmacie, mais surtout le canapé...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :